L'union fait la force

Une Communauté de Communes, pour quoi faire ?

L’intercommunalité est la réponse qu’ont trouvée les élus face à la difficulté des communes à agir seules dans un environnement de plus en plus complexe, et avec des ressources financières, techniques ou humaines parfois limitées. En résumé : l’union fait la force !...

 

La France connait un très grand nombre de communes : plus de 36000. Ceci est à la fois un atout en termes d’identité : chaque Français demeure attaché à sa commune. Mais, cet éparpillement constitue aussi une contrainte :

  • des communes qui parfois trop petites n’ont pas les moyens de leurs ambitions…
  • des communes qui n’ont pas assez de poids, seules, pour mener à bien des projets d’envergure ou proposer aux usagers les services dont ils ont besoin.

 

Enfin, force est de constater que les frontières communales sont un peu exiguës pour l’administré qui se déplace facilement, et évolue avant tout sur un bassin de vie, faisant ses courses sur une commune, pratiquant ses loisirs sur une autre, travaillant dans une autre encore.

 

Face à ce constat, une solution : l’union !

C’est ce qui motive les élus locaux à vouloir travailler ensemble sur des enjeux et des problèmes dépassant le strict cadre communal, pour réfléchir ensemble, se rassembler, dépasser les frontières, mettre des moyens en commun, créer une solidarité entre communes.

 

C’est en ce sens que travaillent les élus de la Communauté de Communes Arc Sud Bretagne qui veulent mettre en œuvre un projet intercommunal de développement s’appuyant sur trois piliers :

  • Soutenir avant tout l’activité économique, pour créer des emplois et de la richesse
  • Développer des services pour la population pour maintenir et améliorer notre cadre de vie et notre environnement privilégié
  • Créer les conditions de la solidarité entre communes pour qu’aucune ne se sente laissée sur le bord du chemin, en implantant des équipements structurants sur l’ensemble du territoire, en apportant des services de proximité ou en donnant aux communes les moyens financiers de le faire elles-mêmes.